Trie de déchets des sondes : À vos platines !

Clinique Pasteur à Toulouse recycle les déchets.

Écouter le terrain, toujours. C’est ce que fait Olivier Collet, responsable technique de la clinique. En l’occurrence, c’est l’équipe soignante du service de rythmologie cardiaque qui a lancé l’idée : pourquoi ne pas trier et valoriser les embouts en platine des sondes à usage unique utilisées pour les examens cardiaques ? Le platine, ce métal précieux jusqu’alors jeté avec les DASRI*.

Olivier Collet a cherché la solution, et c’est en Grande-Bretagne qu’il l’a trouvée. C’est là que les embouts triés dans le service de rythmologie sont désormais retraités. Les 5 000 sondes utilisés chaque année permettent de récupérer un à deux kg de métal. Une aubaine pour la clinique, qui, grâce au discernement des salariés, réalise 30 à 40 000 euros d’économies annuelles. La clinique voudrait aller plus loin. D’abord, en trouvant un nouveau prestataire, pour créer une filière locale. Un étudiant en doctorat, auteur d’un mémoire sur la valorisation des déchets, s’est rapproché de la clinique. Il a pour projet de créer une start-up spécialisé, et la clinique – dont l’incubateur de start-up « Hilab » accueille déjà 10 entreprises au sein de l’établissement – l’accompagne. Ensuite, la clinique réfléchit à d’autres dispositifs qui pourraient être valorisés, comme les guide-fils. 

Aller plus loin, et voir plus grand

Dans un établissement de santé., il y a tant de nouveaux champs à explorer. Si le développement durable s’est d’abord appuyé sur les convictions personnelles des salariés, habitués à trier les déchets chez eux, la Clinique Pasteur a su lui donner une autre envergure. En prenant ses fonctions en 2011, le directeur de la clinique affirmait déjà : « Un établissement de santé doit être exemplaire. ». Pour celui qui voulait « s’engager sur des choses concrètes, ne pas faire de marketing vert », les résultats obtenus et l’implication des salariés sont un réel succès. 

Avec des équipes prêtes à faire bouger les lignes, à modifier leurs habitudes pour donner du sens à leurs pratiques, et une direction qui impulse et donne carte blanche aux innovations, la clinique est devenue un modèle. 28 filières de tri, un jardin potager bio sur le toit pour fournir la cuisine, du compost produit à partir des biodéchets de la clinique, des bâtiments BBC**, etc. Les performances environnementales de la Clinique Pasteur lui ont permis d’obtenir, à nouveau, la certification EMAS.***

*déchets d’activités de soins à risques infectieux

**bâtiment basse consommation

*** Eco-Management and Audit Scheme

Publié dans « Primum Non Nocere, une entreprise politique pour une mobilisation citoyenne ».
Tous droits réservés BVM communication.